16.11.2018

Journal de bord n°I : Un peu de mes nouvelles

(Modification apporté pour plus de clarté !)

En début d’année j’ai écris :

  • « 2017. J’ai commencé 2017 avec des personnes, et fini 2017 avec d’autres. Des personnes restent et des personnes partent. Des personnes reviennent et des personnes repartent. Et puis, il y’a des personnes qui arrivent et d’autres qui ne sont jamais réellement loin. 2017 a eu son lot de soucis et de tracas. Parfois j’ai eu mal et parfois j’ai ris. 2017 emporte avec lui des souvenirs, et laisse place à une nouvelle année pleins d’espoirs. J’espère finir 2018, avec les personnes avec qui je l’ai commencé. »

A quelques semaines de fin 2018, je me rends compte que c’est vrai, des personnes partent, des personnes restent. Il a eu son lot de soucis, et de joie. Je vais finir 2018 avec certaines personnes avec qui je l’ai commençais ; et je me rends que chaque personne qui rentre dans notre vie « est une personne qu’on prend le risque de perdre » ? J’ai souvent vu et revu cette phrase.

En fait, je pense que chaque personne qui rentre dans notre vie, est là pour nous apporter quelque chose, pour nous apprendre quelque chose. L’humain est toujours en apprentissage, et même s’il ne s’en rend pas compte, il ne cesse d’évoluer.

Cette année j’ai ris, j’ai pleuré. Je vais résumer tout les sentiments par lesquels je suis passée par un, cette année j’ai vécue !

Et, comme j’ai vécu !

Journal de bord : Quand j’étais petite j’avais entendu dans un film « Découvre qui tu es, fais le en toute sincérité » ;

Je ne savais pas à quel point qui on était, était si important.

Normandie, qui aurait pû deviné qu’en arrivant vers toi, je me découvrirai aussi forte, et aussi libérée ?

Avoue le, toi qui lis mes mots, tu ne trouves pas qu’il existe un lien de dépendance entre toi, moi, lui, elle, eux ? Nous, humains dépendent des autres. J’aime ce sentiment, mais en même temps il me donne envie de me surpasser et de réussir seule, pourtant j’ai besoin de manger, pour manger il faut que j’aille en courses, mes courses viennent de fournisseurs, qui sont les fournisseurs, se sont des humains. En fait, dans ma solitude orléanaise, je n’étais pas vraiment seule, je dépendais de quelqu’un et pas seulement de moi-même. (Ah fatigue, tu m’empêches d’éclaircir mes idées, si tu comprends pas ce que je veux dire, débattons et envoie moi un message !)

Je te vois venir, tu vas me dire « Tu dépends de toi-même, pas des autres, tu prends la peine de levée tes petites fesses pour aller faire tes courses »

Oui, oui c’est vrai. La seule sur qui je pourrai toujours compter c’est moi-même.

C’est un sentiment exaltant que de pouvoir se surpasser, et avancer.

Mais, je trouve qu’il est tout aussi exaltant de partager, et d’évoluer avec d’autre.

Cette année j’ai rencontré quelqu’un qui m’a dit qu’après toutes les merdes qu’il avait vécu, s’il pouvait ne serait-ce qu’apporter un sourire à une autre personne, il se sentait satisfait d’avoir fait une bonne action, d’avoir partagé son «meilleur moi », j’ai trouvé son « meilleur moi » beau.

Récemment, je me suis posée des questions sur mon départ aussi rapide. Avais-je bien fait ? N’avais-je pas fais une erreur ? Beaucoup, ont pensé que je fuyais mes problèmes. En fait, j’ai juste l’impression que j’ai saisi l’opportunité d’être celle que je voulais être. En un mois, j’ai plus évolué que lors de mes 22années sur terre ! J’entends d’ici : prétentieuse !

Oui, peut-être, pourtant plus les jours, passent, plus un voile de positif s’installe autour de moi. Et, confirme, que non, je ne suis pas partie pour fuir. Je suis partir pour l’opportunité de vivre.

Comme c’est agréable de faire partie de quelque chose et d’avancer.

Je suis actuellement à la recherche d’un appartement, d’une voiture, et tout les soirs j’écris, j’écris, j’écris, ma passion n’a jamais atteint un tel paroxysme.

J’ai découvert quelqu’un, je trouve cette personne belle, je n’ai jamais vu quelqu’un autant se challenger, se donner à fond. Ça donne envie de faire de même. Je l’ai redécouvert devrai-je même dire, et ces avec ces nouveaux yeux de jeune adulte que je me dis que ma vie ne fait que commencer.

Je passe énormément de temps avec ma famille ; je me sens parfois comme un bébé, une petite fille entourée de ses parents ; je me sens parfois comme une mère de famille. Je me sens tout le temps aimé.

Je me sens importante, je fais simplement partie de quelque chose qui avance. Juste une petite épicerie chinoise pour certain ; un grand « on vous attendait depuis longtemps, restez ici, il ne manquait plus que vous » !

Les choses avancent.

Surtout, j’ai compris qu’un problème n’en était plus un à partir du moment où je l’ai décidé. Bien-sur, je reviens encore à « je ». Je me sens parfois submerger par une fatigue extrême, ces jours-là, j’ai donné de ma personne pour faire évoluer des idées, des personnes. Si dans la journée, j’ai pu marqué quelqu’un ou faire évoluer une personne, je me dis que ma fatigue vaut alors de l’or.

Plus sérieusement, après une installation définitive d’un mois, je me rends juste compte que la vie est passée à une vitesse folle, et que je n’ai pas vu le temps filé. J’ai réellement l’impression d’être quelqu’un d’autre, et en même temps d’avoir toujours été moi. J’ai l’impression d’être partie depuis des années, parfois ma vie orléanaise me manque ; mais le passé est bien passé. Je n’ai aucun regret. Partir n’était pas fuir, partir était une opportunité d’être celle que je voulais, de faire ce que je veux.

Partir, c’était comme renaître, comme avoir des projets concrets. Partir c’était avoir Masie. Partir, c’était vivre ma passion, mais plus encore.

Je modifie et rajoute, que c’est agréable de se sentir petite fille. C’est agréable que d’avoir un père, une mère, et pouvoir se reposer sur d’autre. Merci D et merci L.

Bisous sur la fesse mes petits chats

Noona

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s