Merci

Ce soir il y a des personnes que je voulais remercier. Je n’avais pas remarqué leurs présences, alors qu’elles avaient toujours été là. En fait je suis le genre de personne qui demande toujours plus que ce qu’elle a; du coup, j’ai manqué beaucoup d’occasion dans ma vie. Je veux rattraper ce qu’a été ma vie aujourd’hui. Je suis restée concentrée sur les choses que je n’avais pas et je n’ai pas vu ce que j’avais en face de moi. Une famille attachiante. Je cherchais ce que je n’avais pas auprès des autres et des mauvaises personnes.

Je ne vais pas faire un long discours sur les personnes qui m’entourent et je vais me concentrer seulement sur celles qui m’ont beaucoup apporté. Mais ça ne signifie pas que les personnes ayant croisés mon chemin ne m’ont pas changé et formé être celle que je suis aujourd’hui.

Il y a cette grande cousine où devrais-je dire plutôt cette grande sœur. Elle a toujours été là pour nous, prenant soin de nous, venant nous chercher pour chaques vacances. Elle a été une source d’inspiration, de liberté. Elle a été un bon modèle à suivre, de douceur, de bienveillance. Elle l’est toujours aujourd’hui. Elle a été ma première oreille attentive, mettant des mots sur ce que je ressentais. Elle a essuyé mes larmes quand il n’y avait personne pour le faire. Elle m’a soutenue et m’a appris à devenir une femme forte, patiente et pourtant j’ai encore du chemin à faire ! Je sais que si elle n’avait pas été là, je n’aurais pas pu être celle que je suis aujourd’hui, plus épanouie, plus ouverte. Nos discussions peuvent durer des heures, je ne m’en lasse jamais…que ça soit des discussions en promenade, ou au chaud avec une tasse de café ou de thé, ce sont toujours de bons moments. Elle nous a accueilli, elle nous a rendu notre liberté chaque été. Elle est courageuse, belle, forte ; c’est une bonne mère, c’est une bonne grande sœur.

À ma tata maman. C’est elle qui m’a montré ce qu’était une famille. C’est elle qui m’a montré ce qu’était une mère. Elle nous a aimé, elle nous aime toujours. Elle nous a accueilli à bras ouverts, elle nous a emmené dans de beaux endroits, chaques soirs après manger, pour une grande balade digestive. Elle nous a fait confiance pour devenir de meilleures personnes. J’ai pleuré encore et encore quand elle me manquait tellement. Je ne voulais pas qu’on la juge parce qu’elle avait fait le bien pour nous. Elle est d’une gentillesse rare. Mes souvenirs avec elle sont toujours plein de bonheur, de chaleur, et de confort. C’est elle qui la première me coiffer, me démêler les cheveux. J’étais sa petite fille même si je ne l’étais pas. Elle m’a initié au chant même si je suis très mauvaise à ça. Et aujourd’hui encore elle ne souhaite que le meilleur pour moi. Chaque fois que je pense à elle, je ne peux m’empêcher de sourire. C’est elle ma première héroïne, et pourtant je suis désolé chaque fois que j’y pense : être mon héroïne, lui a porté préjudice. Et bien sûr un petit mot pour toutes mes tantes qui ont toujours voulu notre bien, vous êtes toutes des mamans de substitutions incroyables. Vous avez toutd apporté votre pierre à l’édifice à tel point qu’ensemble vous ne formaient qu’une seule et même maman pour moi. Je suis reconnaissante pour ça même si je ne m’en suis pas toujours rendu compte.

Il a toutes ces cousines, tout ces cousins avec qui j’ai passé les meilleurs instants de mon enfance. C’est sans regret que j’y repense avec nostalgie. J’y repense encore et encore et je ne peux m’empêcher de sourire alors que les souvenirs refont surface, les après-midi au soleil au Carreau, city stade, les barbecues, le basket-ball, les karaokés, les attrape filles-attrape garçons, les journées danses, les journées mannequins, les journée foot, les moments de rigolades, de peur, de dispute, tout.

Un mot pour ma nouvelle maman, ma cousine, ma grande sœur. Et oui, elle est tout ça à la fois. C’est sans regret que chaque matin je me réveille et que je réalise que ma vie n’est plus la même. J’ai toujours voulu une famille; mais en fait j’ai toujours eu une famille unie. Dans ce nouveau contexte de vie quand je repense à mon enfance je ne me souviens que des bons moments. Ici, j’ai appris à être celle que je voulais être, avec des projets de vie. Des objectifs de vie. J’ai appris qu’il ne faut jamais lâcher. J’ai jamais été aussi indépendante et en même temps aussi enfant. Et lors du dernier moment difficile qu’il y a eu, inconsciemment j’ai toujours chercher sa présence rassurante près de moi. J’ai l’impression de renaître, ma vie n’a jamais été aussi floue mais avec un futur certain.

Grâce à vous, j’ai pu pleurer maman, papa, grand-mère, l’histoire de notre famille. Je me sens une meilleure personne.

J’aime ma nouvelle vie, j’aime celle que je suis.

Et j’adresse un dernier mot, à ces amis qui n’auraient pas dû l’être, et qui pourtant tout au long de cette année difficile m’ont apporté une source de liberté, de repos, de soutien. Finalement l’amitié peut réellement se trouver à chaque coin de rue.

Mais aussi à ces amis, avec qui même les années qui passent ne changent rien à l’amitié, l’amour qu’il y a. Ces amies là sont celles qui me connaissent le mieux, celles qui connaissent mes défauts et qui pourtant m’aiment.


Coeur sur la fesse

Noona

2 réflexions sur “Merci

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s